C'est à peu près 120 piasses la tonne. Grosso modo c'est 80 si tu remplis ton pick-up. Ça, c'est pour la scrap scrap. Pour une scrap qui a de l'allure, c'est plus ou moins 4 piasses la livre. Cop, aluminium. Vous pouvez ben courir les poteaux. Moi, la scrap scrap, ça me plaît.

18.12.09

ON NE PASSE PAS LA TONDEUSE SUR UNE PLANTATION DE MOTS SACRÉS

Cette nuit, j'ai eu mal au ventre à vouloir me pratiquer une hystérectomie ak des fourchettes à fondue. C'est la vie, à ce qu'il paraît.

Mais y'a des affaires ben plus difficiles à concevoir.

Comme celle de passer la tondeuse sur une plantation de mots sacrés.













Gaétan Bouchard alias Makwa Grizzli, moé je l'aime ton ouvrage. Pis pas rien qu'un peu. Ça fait que c'est la moindre des choses, tabarnak, que ton texte se retrouve ici.


Je te salue, Sauvage.

***
TEXTE INÉDIT QUI COMPORTE UN TITRE

Un gars qui écrit des livres m'a laissé entendre que j’pourrais publier un texte inédit qui comporte un titre dans la revue Mollusque, une revue de littérature toé chose.  
 
C'est un numéro thématique sur les Sauvages. Hostie, j'en suis un. Ça tombe bien. 
 
Ça fait qu'après m'être gratté la tête une couple de fois, j'me su's dit que j'pourrais ben torcher un p'tit que'que chose pour Mollusque.  
 
D'abord, mon père disait qu'i' était pas un Sauvage pis qu'les Bouchard v'naient d'la Normandie. 
 
Fuck, i' v'naient même pas d'la Normandie les Bouchard! I' v'naient comme i' pouvaient quand l'occasion s'présentait. Pis i’ d’vaient v’nir souvent parce qu’i’ étaient dix-neuf enfants du côté d’mon père. 
 
La mère de mon père était une Sauvage, une Algonquine ou, comme on dit à c't'heure, une Anishnabé. A v’nait d’la réserve d’Oka. Le père de mon père a grandi à deux miles de Métis-sur-Mer. Pis du côté d’ma mère, c'est pareil. Des descendants d'Acadiens métissés de Micmacs qui vivaient à Sainte-Clothilde-de-Horton su' l'bord d'la track, comme des Gitans. 
 
Nous autres, des Bouchard d'la Normandie? Christ de joke de curé, oué... D'la christ de marde. On nous a pâlis maudit calvaire de pompier sale! Comme si on était des Juifs sous l'occupation allemande, en France, en 1944. Pâlis pour notre bien, bien sûr. Pour ne pas passer pour des hosties d'Sauvages. J'm'appelle pas Simon Ben Gourion mais François Dupont! J'm'appelle pas Makwa Grizzli mais Gaétan Bouchard!   
 
Ces hosties de curés-là ont toutte faitte pour crisser ça dans 'a tête de mon père, qu'on n'était pas des Sauvages, mais des chevaliers de la table ronde, avec une fleur-de-lys dans l'cul.  
 
Tabarnak! On a gardé de nos racines que le paillard français qui a trempé sa bite dans 'a p'lote de nos grands-mères. Maudit christ de saint-cibouérisation d'calice! 
 
Ça fa' qu'un m'ment d'nné e'j'me su's dit qu'c'était assez. Toutte disait que j'étais un Sauvage. C'était écrit dans ma face saint-chrême, dans 'a face de mon père, de mes frères, de ma mère, de mes ancêtres. On était des Métis calice! Pis on l'est d'venu, avec des cartes toé chose pis toutte le kit.  
 
Mon pays, c'était encore l'hiver. Mais c'était aussi l'île Mékinak, l'Île de la Tortue. Pis j'me su's mis à comprendre plein d'affaires sur moé et mon pays. D'abord que je ne savais rien de Saint-Laurent et Saint-Maurice. Comme tout le monde autour de moé. C'qui fait que j'ai rebaptisé mes noms de lieux : le fleuve Magtogoek, la rivière Métabéroutin, pis toutes sortes d’affaires de même. Pis ça fait juste commencer. C'est pas fini. Christ que non c'est pas fini. 
 
J'me suis mis aussi à écouter les arbres. Fuck, c'est pas d'ma faute, mais nous autres les Sauvages on sait qu'i’ nous parlent, les arbres, les roches pis toutte le reste, juste parce que c'est comme ça. Nous sommes animistes, ouais. On pense qu'i' a d'la vie dans toutte. C'est ben dur à comprendre ça, hein? 
 
Moé, les arbres me parlent. Pis i' m'disent crissez-nous don' patience tabarnak!  
 
-Arrachez pas mon écorce torrieu! Fendez-moé pas en quatre pour rien! Wo! Menute! J'su's pas tout seul là-dedans... J'fais vivre des oiseaux, des moénaux, des pas beaux... Toutes sortes d'affaires de même... Christ! Wake up! 
 
Ouin, ouin. Les arbres me parlent. Pis si j'peux prendre une feuille de moins, j'va's l'faire. Pour être en parfaite symbiose avec le Grand cercle de la vie.  
 
Ça se pourrait donc que mon texte ne soit pas publié dans Mollusque pa'ce qu'i' faudrait que j'leu' z'envoie une version imprimée par courrier postal, aux éditions Diptyque, à l'adresse de j'sais p'us trop qui, à Monrial. C'est sûr que j'f'rai pas ça. 
 
Moé j'aime trop les arbres pis ça m'tente pas d'imprimer ça sur papier quand toutte se fait si simplement de nos jours par les voies électroniques. Hostie on n'est plus au temps des mandarins. C'est pas des rapports à doubles interlignes que j'fais, mais d'la littérature.  
 
-Hostie d'Sauvages! qu'i' vont s'dire en r'cevant mon texte. Faut toujours qu'i' fassent chier en plus qu'i' savent pas boire! 
 
Ben oui, ben oui.  
 
Vous vous attendez à quoi, que j'vous liche le cul? 
 
No way. 
 
J'su's un Sauvage hostie. 
 
Wou-wou-wou-wou-wou-wou! 
 
 
Makwa Grizzli 
Alias Gaétan Butch Bouchard 

***


Et je le cite :


« L'essentiel est invisible pour les oeufs à la coque.»




















Gaétan Bouchard
Ondée, Acrylique sur toile

15 commentaires:

helenablue a dit…

Aaaaaaaaaghgh! Stie toi aussi, c'est qu'on l'aime not'Sauvage, hein!
Ben heureuse de les retrouver là, les mats sacrés, pis cette image elle déchire,on entend le cri rauque du fond de gorge jusqu'ici...

Gaétan Bouchard a dit…

Tabarnak! Mille mercis.

M'en va's continuer à sacrer d'ebord.

Je lâche mes sacres comme ça me plaît. Bon.

Et ici, je sais bien que ce n'est pas un petit tabarnak qui va t'effrayer.

Thank you and take care.

s.gordon a dit…

Pecawat pimatisiwin, sacrament!

Ickotewabo!

:D

Gaétan Bouchard a dit…

Ah ce cher lexique de la langue algonquine de Jean-André Cuoq...

Migwetch!

G.

s.gordon a dit…

;)

helenablue a dit…

Pecawat pimatisiwin?

s.gordon a dit…

Pecawat pimatisiwin. Mamandawinagwat! Ickotewabo. Nanakawe ningotwemikwan ni minikwen. Nita nagwaganike Matci Manito...

helenablue a dit…

Oh! Migwetch!

s.gordon a dit…

:)

É. a dit…

:0)

s.gordon a dit…

;)

Mistral a dit…

Sandy, baby, as-tu essayé la fourchette à crustacés, dite parfois pelle à homard, qui se termine par deux petites dents pointues et légèrement crochues pour extirper la chair de la carapace? Désinfecte au Jack Daniel's avant usage.

s.gordon a dit…

Ouais. Avec du recul, ç'aurait pu être une excellente idée. J'aurais peut-être pu vendre la chair à Martin Picard, who knows? Une bisque, un soufflé, un pain de viande, whatever. Mais sur le coup tsé, j'aurais pris n'importe quoi dans le tiroir de la cuisine... Je me serais fait un steak hâché d'entrailles, un carpaccio de matrice, pis pourquoi pas un flan en chemise de nuit braisé au whisky? Une mousse d'utérus même, si j'avais pu embarquer à pieds joints dans mon mixeur.

J'ai pas de fourchettes à crustacés. Trop fannecé, hé hé. Anyway j'étais tellement mal en point que j'aurais fait la job avec une cuiller à café.

Quelqu'un a un petit creux?

Mistral a dit…

With a lot of rhum!

s.gordon a dit…

Bin kin!