C'est à peu près 120 piasses la tonne. Grosso modo c'est 80 si tu remplis ton pick-up. Ça, c'est pour la scrap scrap. Pour une scrap qui a de l'allure, c'est plus ou moins 4 piasses la livre. Cop, aluminium. Vous pouvez ben courir les poteaux. Moi, la scrap scrap, ça me plaît.

7.4.11

CANTAT

Commentaire écrit le mercredi 22 février 2006 à 14:51:05 (lien)

Sandra Gordon


Nous sommes en février 2006 et même au Québec, nous n'avons pas oublié Bertrand Cantat. Est-ce que quelqu'un aurait l'aimabilité de me donner l'adresse où il se trouve? J'ai noté l'adresse du centre de détention à Muret. Est-elle correcte? Merci encore.


* * *

C'était en 2006, et j'avais eu l'idée d'écrire à Bertrand Cantat. Je ne voulais pas parler de Vilnius. Parce que je savais qu'il n'avait pas besoin de moi pour y penser. Je voulais parler de, je sais pas, de la solitude et du pardon peut-être. De musique. De douleur. D'humanité.

Y'a une partie de ce commentaire, datant de 2006, que j'enlèverais drette là. Ouain. En fait, je le modifierais. J'enlèverais le nous. Pis ça me déçoit beaucoup.

M'as le mettre au Je, pis je vais garder le reste. Y'é peut-être pas trop tard pour écrire à Cantat, paraît qu'il vient d'être transféré dans un autre pénitencier. Pire que les autres.

10 commentaires:

RAINETTE a dit…

s'il annonçait qu'une partie des profits irait à des ressources pour femmes violentées, les gens s'estineraient moins tu penses ?

J'aime bien ta dernière phrase !

Flash Gordon a dit…

C'est drôle! Moi aussi j'ai déjà eu envie de lui écrire pour les mêmes raisons... C'était plutôt à l'hiver 2005, j'avais lu le livre de son frère ''Méfaits divers, journal d’un frère''. Ça m'avait, ça m’a bouleversé et me bouleverse toujours. C’est un ouvrage éclairant sur cette tragédie. Je suis consterné de voir toute cette tempête médiatique autour de la possible venue de Bertrand dans le cadre d’une pièce de Wajdi. J’haiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis mon Québec dans ce temps là! Je le conchie férocement! Tout ça pour dire que tu peux dire nous et j'ose espérer que nous ne sommes pas les deux seuls au Québec.







p.s. je te fourgue le lien du passage à tout le monde en parle du frangin de bertrand:
http://www.dailymotion.com/video/x4lh0q_xavier-cantat-parle-de-son-frere_people


je m'en vais pour l'heure me chercher un abris inaccessible...

http://www.youtube.com/watch?v=K3AaoqgmoA0


Amitiés Flashgordoniennes

Gomeux a dit…

Rien de pire que les murs qu'on a dans la tête.

manouche a dit…

Le talent est une chose... mais désolée:aucune sympathie pour les assassins!

helenablue a dit…

"De musique. De douleur. D'humanité."

J'aimerais, moi aussi lui en parler et l'écrire. T'as raison, il est pas trop tard, tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir, même noir, désir.

Mistral a dit…

...

Sweet high five, Sandy.

Mistral a dit…

Stie que le monde se gêne pas pour garrocher ce terme d'assassin à hue et à dia! À croire qu'il n'y a plus de dictionnaires en occident!

s.gordon a dit…

Salut Rainette. Ça faisait longtemps.

Y'a un nous Flash, t'as raison.

Oh que oui, Gom.

C'est ton je, Manouche. Or ai-je besoin de te rappeler qu'il fut question d'une condamnation pour homicide involontaire... On ne réinventera ni le passé, ni le dictionnaire tsé.

Je nous le souhaite, Blue.

Mistral : Il reste peut-être l'espoir des Antidotes. Euh.

aka Danger Ranger a dit…

Fonce Sandra, sûr que ça va lui faire du bien.

Jean-François Thibaud a dit…

Un autre pénitencier...pire que les autres...

Ça, c'est vraiment fort.

Manouche. Franchement. Tu ne crois pas que cette diahrée de la bonne conscience ne passe pas à côté de l'essentiel ?

La recherche sur les cycles de violence, sur la rédemption et le pardon dans l'oeuvre de Wajdi.

Cantat n'a pas obtenir notre sympathie. Il va demeurer enfermé pour le reste de ses jours dans la souffrance, avec sa conscience.

Mais la loghorée de cette mentalité de screw qui domine partout , c'est à hurler de rage.