C'est à peu près 120 piasses la tonne. Grosso modo c'est 80 si tu remplis ton pick-up. Ça, c'est pour la scrap scrap. Pour une scrap qui a de l'allure, c'est plus ou moins 4 piasses la livre. Cop, aluminium. Vous pouvez ben courir les poteaux. Moi, la scrap scrap, ça me plaît.

20.4.11

COMME DE LA GRÊLE SUCRÉE EN PÉRIODE DE CARÊME, TSÉ

Moi j'ai à rien à dire ces temps-ci fait que je me ferme la bouête, mais n'empêche que je lis ou que je regarde, que je zyeute et que je braque à tou'é matins, et ce gars-là, mine de rien, poste quotidiennement depuis j'sais pus combien de temps, ouais, il est d'ailleurs entrain de nous habituer à un sapré beau débit de prises de vue hein, de mots, de quinze secondes de vidéos qui en envoient plein la gueule à chaque matin. Ça suppure ses affaires, ça s'éjecte, ça expulse et ça s'éploie, comme de la grêle sucrée en période de carême ou un halo acéteux en plein soleil printanier. Y'a un gros grain de pluie frette aidé du vent qui glisse le long d'un câble électrique, là, drette là dans la rue déserte quand je regarde par la fenêtre à ma gauche, là où le temps gris et froid et plate inflige peut-être un peu, pendant que lui capture des affaires pas piquées des vers, là où la beauté de l'oeil ravit - et le débit sévit.


Pis moi ben, yé m'en réjouis.




Eh oui. C'est du Gomeux.

15 commentaires:

Gomeux a dit…

Ouais beh, une chance t'as rien à dire, kess ça srait sinon?
Marci, ça mouille les yeux ces compliments!

s.gordon a dit…

Tant que tu ne saigne pas du nez, on est correct!

Merci à toi, oeil de Gomeux.

MakesmewonderHum a dit…

C'est généreux de nous faire la courte échelle jusqu'à su son perron, au Gomeux. Deboutte dessus on voit encore un peu plus loin.

Pis,Sandra, j'ai tu bien compris que t'es passée de figure de proue figée su'l siège du passager à simonacquer le câlisse en avant, derrière ta steering les deux pieds sur la pédale de gaz?

* Mais s'tu veux pas en parler...parle-nous en pareil! On comprendrait ça.

helenablue a dit…

J'adore ce billet, et puis je suis tout comme toi touchée par les photos de ce Gomeux là. Bon, je ne le saurais le dire avec ta verve si particulière et si poétiquement gordonienne, mais tout comme toi ce qu'il nous montre me touche et je me prends moi aussi à regarder les friches industirlles ou les câbles ou les wc d'un autre oeil depuis que j'ai découvert le sien, et ça fait une paille, hein!

C'est ce que j'aime dans tout ce monde de nos mondes respectifs, cet apport, cet enrichissement et cette interactivité! Tsé, pour quelqu'un qui a rien à dire et ben tu en dis long...
Je te reconnais bien là! ( rires)

Gros becs à l'une comme à l'autre, amigos!

Blue

s.gordon a dit…

C'est à peu près ça, MmwH (rires)

Blue, :)

Mistral a dit…

Same here: rien à dire. Pas une saudite opinion en réserve, même pas un vieux bout d'avis recyclable: le grand vaste blanc, le Zen serein du lama, le mutisme méditatif du moine martyr. Rien à dire.

Sauf mon plaisir de voir les pixels de Gom répercutés ici maintenant. Sacré phénomène, ain't he? Moi qui l'ai connu à travers son incarnation littéraire, j'ai naturellement tendu par déformation professionnelle à suivre du regard ce qu'il écrit, au détriment longtemps de son autre machine d'expression. J'y connais rien en photo, ça m'intimide, j'ai pas osé prendre ça au sérieux jusqu'à ce que j'aie plus le choix, à force lentement justement de balayer du regard ses images et de les accumuler dans mon album mental, la réalisation d'être exposé à une vision personnelle, une cohérence discursive, m'a pénétré. Ses photos, j'en ai pris une conscience croissante depuis quelques mois, me font breaker pour un feeling de mélancolie dénué de tristesse, pour le feeling fugace de voir le monde à travers ses yeux, et je ne me sens pas pressé de comprendre ce qu'il veut me dire, je sens qu'il suffit de savoir qu'il me dit quelque chose. S'cusez, c'est pas très clair: première fois que je tente de traduire en mots mon impression.

s.gordon a dit…

(...) le mutisme méditatif du moine martyr. Rien à dire.

Aah Christian... Juste prononcer ça à haute voix, c'est... Ouain. Je paraphrase Gom s'il me le permet : une chance t'as rien à dire, kess ça srait sinon? Je suis d'accord avec ton impression, oh que oui, celle de breaker pour un feeling de mélancolie dénué de tristesse, pour le feeling fugace de voir le monde à travers ses yeux, et je ne me sens pas pressé de comprendre ce qu'il veut me dire, je sens qu'il suffit de savoir qu'il me dit quelque chose.

Pour moi, c'est très clair. Non seulement c'est clair, mais c'est drette ça.

Mistral a dit…

Oué, mais toé, ça compte pas, vu que tu comprends toujours toute.

C'est pas faute d'avoir essayé: combien en ai-je échafaudés, de commentaires abscons et compliqués, labyrinthiques et éthérés, dans le futile espoir de te poser un vrai challenge? Que dalle. Aussi bien tenter de faire accroire à une innocente Lilloise qu'on va la planquer dans une valise de char à Eastman: ça non plus, ça marche pas, et après on me qualifie de grand conteur. Y a rien, rien que j'écris que tu comprends pas, parfois même avant moi et parfois même tu comprends ce que je n'écris pas. C'est irritant, à la fin, ça castre, tellement que j'ai décidé de changer de métier et de demander à Gom de m'enseigner le kodak (ça fait trois, quatre ans qu'il cherche le moyen de me rembourser pour la secrétaire que je lui ai prêtée pour dix jours et qui n'est jamais revenue vu qu'elle était allergique à ché pu koi et qu'il me l'a tuée comme ça, sans me la remplacer, une fille que j'avais formée à épousseter mon clavier juste de la bonne manière et qui ne parlait jamais de sa mère et qui était sur le point de pouvoir réciter l'alphabet jusqu'à R, bref une perle (à quoi diable était-elle allergique, déjà? J'ai un brin honte de ne pas m'en souvenir, mais on ne m'en tiendra pas rigueur si l'on considère qu'à ma décharge, je m'en crissais comme d'un film d'Adam Sandler: on peut pas me reprocher d'avoir oublié quelque chose que je n'ai jamais mémorisé, c'est anticonstitutionnel de même que nullement couvert dans le contrat-type de L'Internationale Sororité des Secrétaires, ce dont je me suis félicité plus tard quand j'ai réalisé que la plupart sortaient avec des Teamsters).

Faque, tu vois, tout ça c'est la faute à Guillaume.

s.gordon a dit…

La valise de char, m’en souviens comme si c’était hier. Mais l’histoire d’un prêt de secrétaire allergique-mais-pas-à-la-poussière-ni-à-sa-mère-capable-de-réciter-l’alphabet-jusqu’à-R, et/ou l’histoire de sa perle (ce bout-là est encore moins clair), eh bien je dois avouer que ça m’est flou, pas mal flou : ça doit remonter à l’époque où je te vouvoyais, ou même peut-être un peu après, quand tu me demandais pourquoi je te vouvoyais encore et que je répondais que c’était pour me donner un genre. Remember? Nan. C’est ben certain, que tu t’en souviens. Tu te souviens de toutte. Tant de flotte passée sous les ponts-levis et les spardecks depuis.

Eh oui.

On franchit la dépression des sols en mettant le pied sur des terres humaines. C'est beaauuu, comme dirait Ferland ou Ginette. Ou Sandra, sans moduler, mais en ajoutant un petit juron dans la foulée.

Gomeux a dit…

Waouh.
J'ai pas trop osé recommenter, tsé, pas trop mon genre de souffler dans ma trompette, mais quand même, pour le bénéfice de l'internaute aboutissant ici suite à une recherche sur les allergies aux bougies de chars, la secrétaire lâ lâ, elle était pas allergique, elle était devenu accro au gingembre et à l'ail. En ces temps de rectitude extrème, il n'y avait pas de place pour elle et son vice ici bas, je l'ai renvoyé vers la rue Rachel sua 45 pis je l'ai jamais revu.
Si ça se trouve à l'a fâlligné vers le jardin botanique.

Ceci étant réglé, beh, merci pour les bons mots.
Je retiens surtout cohérence discursive.
Je vous citerai dans ma prochaine demande de bourses, tiens.
Huhu!

helenablue a dit…

La valise de char, diantre! La revoilà donc... Faut croire que tous les chemins y mènent, innocente lilloise, je t'en mettrais moi de l'innocence alors que vous m'avez balladé l'un et l'autre un long moment avant que je comprenne ce qu'une valise de char pouvait bien être!
Chouette souvenir indeed! Pour la secrétaire qui peut aller jusqu'à R, celle-là je la découvre, c'est délicieux...

En tout cas l'un comme l'autre, vous vous souvenez de toutte et l'un comme l'autre vous devinez juste comme il faut quand il faut, mes grands et si magnifiques amis!

Gros becs à vous deux.
Blue

s.gordon a dit…

;)

Mistral a dit…

That's right, Gom! La fille était accro au G&G (Ginger & Garlic)! Ça me revient, maintenant. I just plum forgot all about it, probablement parce que c'est si dégoûtant.

chemin du retrait a dit…

te poste un 14ème com, parce que tu restes à 13, ici, et que bon, on dit aussi parfois que ça peut porter bonheur, mais c'est peut-être aussi pour cacher tout le reste.
sans vouloir exagérer.

ton humble lécheur. moi, Jp, qui suis content (pas trop, mébon.. c'est pas le moment)

s.gordon a dit…

Jipi, je ne suis pas tellement superstitieuse. Take care néanmoins, champion.