C'est à peu près 120 piasses la tonne. Grosso modo c'est 80 si tu remplis ton pick-up. Ça, c'est pour la scrap scrap. Pour une scrap qui a de l'allure, c'est plus ou moins 4 piasses la livre. Cop, aluminium. Vous pouvez ben courir les poteaux. Moi, la scrap scrap, ça me plaît.

11.10.10

INTENSE, PUR ET VRAI

Je poste ce billet ce soir sans même pouvoir y ajouter de photos.

Parce que je n'en ai pas. Aucune. Pour le moment...

Elles sont toutes dans ma tête. Quelque part entre mon hémisphère droit, mes nerfs optiques et mon aorte... Quand je cligne des yeux j'en vois un bon nombre, et quand je ferme les yeux j'ai un diaporama qui défile, des images mémorables dont certaines sont floues (mais ça, c'est une autre histoire hein), ça s'est passé vite, bien vite, et j'aurais voulu arrêter le temps et vous comtempler tous, beaux et belles, souriants, et chaleureux et vrais, tous réunis, venus de partout, de Brossard comme de Sainte-Marthe-sur-le-lac, Rawdon, Longueuil, Eastman, en passant par Saint-Jérôme et Lille!, Laval, Montréal and so on, et aussi ceux qui ne pouvaient être là de corps mais qui l'étaient d'esprit, ô que oui, je vous le dis, la température ambiante de l'Absynthe est devenue un véritable four, une fournaise même, et le mien de thermostat bouillait à gros bouillons de bonheur brûlant...

Que dire, sinon merci. Un beau et grand et immense merci d'avoir été là.

Hostie. Je n'en reviens toujours pas.

J'avais une Cortland dans le corps, trop fébrile vous savez, et puis ça a déboulé, intense, pur, et vrai, une pointe all-dressed pour éponger (merci Christian!), puis un Subway (merci mon homme!), mais je n'avais guère d'appétit pour rien d'autre que de vous déguster, là, tous, chacun, avec votre présence si chère, si singulière, si espérée, ouain, intense, hostie que c'était intense, hostie que ça a passé trop vite, j'ai l'impression que notre marathon n'a duré qu'une petite heure, whoa, étourdissant, ouais, c'était étourdissant, beau et intense et chaleureux, je vous remercie tous et toutes, du fond de mon petit coeur qui palpite encore, d'être venus, ouais, d'avoir décidé de vous pointer, de nous avoir fait honneur de votre présence, hostie j'en reviens pas encore... Alain, Alain, merci. Quelle attention touchante et délicieuse! Je suis un peu pompette ce soir (Merci Myriam!) et j'en aurais long à dire et en pense davantage sinon plus, mais je suis submergée par l'émotion et il me faudra au moins quelques jours pour faire descendre la poussière comme on dit, c'est comme ça, vous savez, ouf. Ouain.

On gagne toujours à être précis.
Fait que.
Merci.


(J'arrive de l'aéroport.
Les départs, hostie que c'est pas gai.)

Mais on réitérera...




La toile est de Patrick Natier (Désert Blues). Ouais.

22 commentaires:

Venise a dit…

Ah belle Sandra, que ça te va bien les joues en feu d'être pompette ! Je peux enfin bien voir tes joues, mieux qu'auparavant en tout cas.

Une heure tu dis, ça t'a semblé une heure ? On appelle ça du concentré au lieu de l'allongé. Une heure en vaut dix, alors pas de problème, on s'est vu longtemps tu sais :-)

Et des photos, j'en ai bien plus dans la tête que dans mon kodak parce que le satané m'a lâché (pile-poil) au moment où j'atteignais le but, une signature de toi dans ce roman pourtant tellement déjà signé parce que saigné à même ta veine d'écrivaine.

J'le savais donc qu'ici le poêle chauffe tout le temps à la chaleur humaine. Et ça a paru en grand samedi.

É. a dit…

Trop poche d'avoir raté ça. J'aurais dû donc dû faire un hold-up ou de quoi… Entéka.

Une toile de Patrick ? En exclusif ?!
Ah, ah, ah, ah ! Je poste chez moi !
Cher Patrick, je sais que tu ne lis pas les blogues, mais je t'aime.

Youpilaye.

s.gordon a dit…

Ah Venise. J'ai mal aux cheveux encore ce matin, mais j'ai le coeur chaud chaud. Problèmes moteurs pour le moment (rires), mais je vais y revenir, oh oui. Merci à Marc et toi d'être venus.

Éric, tu étais là malgré ton absence de corps! ;)

(J'ai mis une image d'une de ses toiles, et j'espère qu'il ne m'en voudra pas... c'est que je n'ai pas de photos encore, et, et, bon, tsé, j'avais le goût, c'est drette ça.)

piedssurterre a dit…

La tribu était presque au complet on dirait !
Toute cette chaleur là qui transpire à travers l'écran, ça me rend toute chose.

swan_pr a dit…

trop belle soirée. ha! comment cela aurait été possible autrement, sans des Corpuscules pour réunir cette bande aussi éclectique qu'unique et ses membres, faits l'un pour l'autre? merci à toi Sandra xxx

helenablue a dit…

Ouain, ben je suis à peu près voire tout à fait dans le même état que toi!! J'arrive tout fraichement là chez moi et j'ai les ventricules en vrille, vous me manquez déjà tous tant!

@ Venise: T'inquiètes, je t'envoie les photos relais qu'a pris Pat pour relayer ton Kodak défaillant!

@ Eric: Trop poche, ouep, mais ça n'est que partie remise. Si tu veux on organise un braquage sous peu! ( Il t'aime aussi...)
:-)


Euh, Patrick est tout chose et très fier d'être ici chez toi, il me fait dire de te l'écrire...
Trop de la balle que ce week-end là, je vais à mon tour en faire une petite jasette, je crains que ça ne tienne pas en un billet tant il s'en est passé, je vais le faire roman-feuilleton!
Là,là, j'ai la larme au coeur tsé!

Je te serre fort.
Comme je vous aime!

Blue

s.gordon a dit…

pieds : moi aussi chère, moi aussi ;)

swan : c'est par le Vacuum qu'on s'est tous connus - pis samedi, ben, c'était une belle occasion de se retrouver en vrai, en plus vrai je veux dire, tsé, plus vrai que vrai. Tu comprends ce que je veux dire! Merci à toi, pétillante swan.

s.gordon a dit…

Ce fut un bonheur, Blue. De passer de temps avec toi, avec vous. Merci infiniment d'avoir eu le guts de venir de Lille. Non mais fallait le faire!

Salue Patrick de ma part.

Et reposez-vous bien ;)

Yvan a dit…

Fait du bien de toucher autre
chose qu'un clavier hein.
De voir ouais voir,sentir
les présences,échanger,
trinquer ensemble,faire connaissance.

Une maudite belle gang.
Pétillante Swan,ça lui va
bien.
Et toi Sandra c'est vrai
que t'as de belles joues.
Les belles pommettes!
Tout ton être est beau
en fait.

Ah pis vous êtes toutes
belles et lumineuses
comme cent feux d'artifices.
Chinois je précise.S'ils en sont les inventeurs,vous en fûtes
l'incarnation!
On a été gâtés les gars,
autant de belles personnalités
féminines oh que oui.
Pas à peu près.

J'étais pas très concentré
au boulot aujourd'hui.
;)

My a dit…

Merci à toi chère amie pour ton authenticité :-) C'était un plaisir de faire la file pour attendre ta dédicace!

Le plumitif a dit…

bon ben ça a l’air que chu thématique en sainte hostie comme gars; ce qui fait que mon apparition a été des plus plumitives, aérienne jusqu’au volatile, aussitôt emportée par le vent…
mais anyway, j’espère que tu te souviens quand même de notre brève embrassade – d’ailleurs me semble qu’il y avait tellement d’énergie nerveuse concentrée dans cette subreptice accolade qu’il s’en est fallu d’un cheveu qu’on se foute un coup de boule mutuel ou qu’on se crash sévère les munettes!!!

bref, ça a été un réel et très intense plaisir de te voir (et je trouve vraiment hyper cool ce qui t’arrive et toute cette superbe gang qui t’entoure)!

s.gordon a dit…

Yvan, t'es une soie. Et je suis contente d'avoir pu davantage jaser avec toi... deux jours plus tard, all by ourselves, en revenant de Dorval. Quelle joie de t'avoir rencontré. Merci.

Mes pommettes? Mais ce ne sont pas des pommettes, ce sont des pommiers! Samedi, j'avais deux truck loads de Cortland vermillon dans le visage, attisées par l'amitié chaleureuse et, oui, par un peu d'alcool. Qui sait hein, par une cryoextraction quelconque, on aurait pu obtenir de quoi à boire!

;)

s.gordon a dit…

Myriam, je t'aime.
Merci d'être venues.

s.gordon a dit…

Je m'en souviens certain, cher Plumitif. On n'a pas eu la chance de se jaser gros, mais ta présence et notre embrassade - aussi violente elle fut (semble-t-il, c'est souvent de même quand deux personnes portent des lunettes hein), m'a ravie infiniment. Merci d'avoir été présent. Du fond du coeur.

Ouais, ma soirée fut démente.

(Blue, ça vient de qui don' ça : "Plus heureux que ça c'est insupportable?")

Eh ben voilà.

McDoodle a dit…

Faut remettre ça, pour une raison ou une autre. Peu importe.

My comme dans 33, chemin Waverly?

Bises

Mistral a dit…

Pour extraire du cidre de glace de tes pommettes, Sandy, encore eût-il fallu que tu fusses gelée, et que tu le susses en plus!

laurence a dit…

et bien cela fait chaud au coeur tout cela...et vous accompagne pour un bon bout de chemin...

s.gordon a dit…

Je suis d'accord, Miss D. Ben, ben d'accord.

(C'est My comme dans le boulevard des Hauteurs, à la hauteur d'une taverne pis d'un dépanneur circa 80 -ça fait loin.)

s.gordon a dit…

Ah! L'imparfait du subjonctif n'a jamais été manié de manière aussi succulente.

— On dirait qu'on boit des pommes hein?
— Ouain. Étonnant pour un truc aux pêches...

Faut du gel aux joues, j'oubliais. Alors c'est pas demain la veille qu'on pourra faire du Cryomelus (!? me souviens pus)) ak' mes bajotes.

s.gordon a dit…

Chère Laurence : :)

Frédéric Dumont a dit…

C'était le fun en crisse, Gordon!

:)

s.gordon a dit…

Reste plus qu'à remettre ça, j'cré ben. Des belles affaires de même, ça fait du bien par où ça passe.

Sacrément contente que tu sois venu, Frédéric.