C'est à peu près 120 piasses la tonne. Grosso modo c'est 80 si tu remplis ton pick-up. Ça, c'est pour la scrap scrap. Pour une scrap qui a de l'allure, c'est plus ou moins 4 piasses la livre. Cop, aluminium. Vous pouvez ben courir les poteaux. Moi, la scrap scrap, ça me plaît.

8.2.11

C'EST À CAUSE DE DENIS VILLENEUVE...


J'angoisse grave. À cause de Denis Villeneuve.

Ouais.

Quand je pense à Denis Villeneuve, je ne pense pas à La Course destination monde, ni à Polytechnique, ni même à Incendies, ni aux Oscars, ben non. Quand je pense à Denis Villeneuve, il me vient en tête une scène du film Un 32 août sur terre, quand Simone critique, déprécie - que dis-je! - rabaisse méchamment son éventuel géniteur (le sympathique Philippe) en lui garrochant à la tête quelque chose comme :

« T'as trente ans pis t'as même pas tes licences? »

Phhh.

1998. J'avais quelque chose comme 19 ans. Et toujours pas mes licences. Ça m'est rentrée dedans comme un dix roues :

« T'as trente ans pis t'as même pas tes licences? »

J'avais l'étrange impression que je me rendrais là. À trente ans pas de licences. Feeling, tsé. Bah.

L'année d'après j'étais à Montréal. Ne-pas-perdre-ma-carte-de-métro-mensuelle m'importait davantage que de prendre-un-rendez-vous-à-la-SAAQ-pour-prendre-mes-licences. Je m'en crissais, c'est ben certain.

Jusqu'à ce que... à trente-deux ans, accotée sur le comptoir de Machin-Conduite-Expert-CAA-recommandée, une école de conduite tsé, je me sentais comme Philippe l'incompris, Jos-Bine trentenaire pas de licences, à enquêter sur la gentillesse des moniteurs et le cursus des cours.

Me suis trouvée un Guide de la route 2004 au Village des Valeurs. Pour trois piasses.


J'ai pris ça pour un signe, qu'est-ce que tu penses.


(Ouais.)

30 commentaires:

Renart Léveillé a dit…

Je vais avoir 40 ans, j'ai mes « licences » depuis genre trois ans. Y'a sûrement « pire » que moi...

J'ai vu ce film-là et je ne me souvenais plus de cette « quote ». Ça m'a pas marqué, faut croire.

De toute façon, si les gens attendaient de prendre leur permis au moment où ils en auraient vraiment besoin, ça éviterait beaucoup de désagrément pour tout le monde.

Renart Léveillé a dit…

Un petit commentaire de plus, question de pallier le problème de Blogger qui ne m'offre pas de cliquer pour m'abonner aux commentaires alors que je m'apprête à envoyer le premier...

Anonyme a dit…

Ouans, j'comprends parfaitement ce que tu veux dire Sandra. Ça doit faire au moins 3 ans que je me dis que je dois passer mon permis ;)
-Julie

MakesmewonderHum a dit…

Heinnnn! T'écris dé lives pis tu sé pas chauffer un char? Pis t'as une cour à scrap à toé tuseule? Viens on va te donner ta première leçon:
Va dans rue, spot un char pas trop gros, un bon coup de coude bin sec dans vite du chauffeur. En'dans, en d'sous d'la sterring, près des pédales tire sur la couette de fils, pogne le gros rouge avec l'orange pour le partir. Là là, prends l'shifter dans ta main, tire sur "R" ferme té yeux pis donne du gaz quand ça fera "bang" r'mets ça sur "D" pis clanche ça dan'l tapis ma fille. Le reste cé facile, tu brake quanque les chars en avant sont trop proche, pis t'écrase si isson trop loin.
Fais ça à toué jours pis dans une semaine tu vas t'coucher moins niaiseuse avec ton permis dan'l cou.

É. a dit…

46 ans. Pas mes licences. Pis crissement pas envie d'avoir d'un autre épais assis dans son jus derrière son volant à frôler les êtres vivants encore assez Terriens pour toucher le sol. Désolé.

s.gordon a dit…

Ouain. Bien d'accord avec toi.

Et sois le bienvenu dans ma cour, Renart.

s.gordon a dit…

Tu le passeras quand tu seras vraiment due, Julie. Un point c'est toutte.

(Je t'ai reconnue ;)

s.gordon a dit…

Je note MmwH, je note. Coude, sterring, fil rouge, fil orange, shifter, bang, D, tapis, pis écrase. Je devrais me débrouiller avec ça.

s.gordon a dit…

Tchin, Éric.

On tchinne aux Terriens.

s.gordon a dit…

Ouain.

Renart Léveillé a dit…

:-)

s.gordon a dit…

;)

helenablue a dit…

Hum, oui, un signe je pense bien!
Quand même , faut pas cracher dans la soupe, ça permet d'aller un peu plus loin dès fois d'avoir ses licences...

Yvan a dit…

On est pas tous cyclistes
dans l'âme et libres comme le vent.
Faut ce qu'il faut pour s'évader.
Quant à moi tu as un bon crédit
pétrole.
Pas une seule goutte consommée
à ton âge, bravo.
M'est venu un temps perso,
par nécessité d'évasion.
Je n'en suis pas fier
mais je compense ailleurs.

;-)

Yvan a dit…

eh eh...
Bienvenue dans la jungle
de bitume.
En 2011 faut conduire
pour les crétins à gauche,
à droite,devant et derrière
tellement ils sont bêtes
dans leur caisse.
C'est un peu beaucoup
apprendre à anticiper
la prochaine connerie du voisin.
Et s'il parle au cellulaire
en plus, ben là t'as affaire
à un débile profond doté d'une cervelle pas plus grosse qu'un petit pois Le Sieur.

Tchin aux Terriens
qui imprègnent le sol de leur
semelle ou de leurs deux roues
pédalées.

s.gordon a dit…

Mary en glisse justement un mot dans le film Another Year.

Tchin,thcnin, nhtcihnc.

Yvan a dit…

:) Pas vu encore le dernier
Mike Leigh, j'en déduis
que tu as aimé.

À propos de Denis Villeneuve,
j'ai vu "Incendies" hier.
Fort,dur et émouvant.
Ça donne le goût d'assister
à la pièce de Wajdi Mouawad.

s.gordon a dit…

Ouais, je l'ai vu cet après-midi. Je suis sortie de là aussi gaie qu'une dizaine de palettes de bois empilées sous la neige mais euh... ceci dit, j'ai apprécié.

Je souhaite le meilleur pour Denis Villeneuve. Il a un sacré talent, et une belle humilité qui lui fait honneur. C'est vrai que ça donne le goût de voir la pièce de Mouawad. Celle-là ou une autre. Je m'en confesse, je le connais peu.

Yvan a dit…

"Aussi gaie qu'une dizaine de palettes de bois empilées sous
la neige"...
Sandy, pur jus. :)

C'est roff en osti par bouttes
indeed. 1+1=1...
J'ai vu aucune pièce
de Mouawad,m'en confesse.
Ouais,Villeneuve s'auto-critique
d'ailleurs sans concessions
à propos de "Maelstrom" et
"Un 32 août sur terre".
Qualité humaine exceptionnelle dans un milieu où les égos foisonnent.Tous les milieux
de l'art sont assez égocentriques.
La saine distanciation qu'il applique face à son oeuvre
est réjouissante et signe de
grande intelligence quant à moi.

Ça lui fait honneur,comme tu dis.
En plus de son grand talent
de cinéaste.C'était le premier
long-métrage vu de cet auteur
pour ma part et ça m'a sonné
plusieurs cloches d'aplomb.
Film sur la nécessité du pardon
et des horreurs que la guerre
peut engendré.
Fallait pas avoir froid aux yeux
pour s'attaquer à Incendies,
pièce mondialement acclamée.
Défi relevé avec brio à mon avis.
Denis a évité l'écueil de l'adaptation plate sans surenchère,
pathos ou mélo.

C'est magistralement écrit;
le souffle, le rythme, la poésie...
Les lettres de la mère à son fils à la fin,ça m'a ému aux larmes.

Je digresse,comme d'habitude.
;)Parait que la pièce est encore
plus émouvante que le film pour l'avoir vu en compagnie d'une fan
de Mouawad le dramaturge.

On verra.
Je reviens au sujet
de ton présent billet.

Have fun!

Bizz

É. a dit…

Oâh, cher Yvan, « pas une seule goutte consommée », j'aurais bien voulu, mais comme je prends des avions réactionnaires de temps à autres et que je suis souvent squatteur (kif-kif), stoppeur (2% de gouttes) ou traineur (nucléaire, im Frankreich), je ne fais pas trop le mariole et je fous la paix aux gens, en général, mein capitan.

Tiens, pas plus tard que demain, je vais acheter des étagères dans une transnationale (voisine des jumeaux Sedin) grâce à l'intervention d'une gente pitoune gardoise et, vraiment, ces 72 km sont les miens, m'appartiennent en propre (ou en suie pourrave) et sans déconner, je les assume, me te les porte à ma fiche, et cætera, nom d'une blatte de chiotte.

Bref, spa si Rose au royaume du Salavès, et si je pédale tout mon saoul au lieu de piloter un bolide, c'est surtout par envie du bonheur que m'apporte cette manie, par dégoût des Rockefellers — verrues purulentes de la race humaine— et par intérêt pornographique, puisque les nanas veulent mes jambes et que ça, ben foutredieu, ça me botte bien.

jp la bankize a dit…

http://www.youtube.com/watch?v=pAVhKjsImeI

s.gordon a dit…

Digresse quand tu veux Yvan, j'aime bien cela.

"Par intérêt pornographique" (rires), on ne pouvait pas mieux souhaiter en ce jour de la Saint-Valentin!

Comment on fait des coeurs, déjà? Z]øC³Ùn¦╔É!ìðZÙËåðìùÈ1ã<B­²‼♣³Ùùıìùyãì‼y(2<¦å|ïÔ9¦å┴╝‼ã¬Ñ┴╝áÑÁ♀♥ah ben nom d'une blatte de chiotte, y'était grand temps.

Hey Jipi! Vergiß nicht,kümmere dich um dein Herz mehr als um deinen Schwanz. Bises!

hgtf a dit…

http://www.youtube.com/watch?v=mt98mHPI4mo

p j a dit…

j'emmerde tous ces cons, chuis libre :

http://www.youtube.com/watch?v=ZCbkZXfvtbY&feature=related

chiottes

biz

s.gordon a dit…

Tu le sais que je l'aime cette toune-là, hein Jipi. Grazie.

s.gordon a dit…

Chiottes, biz.

MakesmewonderHum a dit…

Prêt pour ta deuxième leçon?
Comment se démerder dans différentes situations, cette semaine les douanes:

Comment expliquer au douanier, après avoir arrêté ton char sur ses godasses, que tu sais pas ousé Old Orchard mais qu'sé pas grave p.c.q s'ta Drummondville que "We go".

a)If me dont go Old Orchard can you bring me go back to Drummondville, you know like drummer tarratatam in town.

B)If you Old Orchard, me Drummondville, you go, I go? First there!

c)Old Orchard,Drummondville "Yes we can!"


Prends tout ton temps pour réfléchir, la sécurité ainsi que les bonnes habitudes de conduite routière doivent te guider dans l'apprentissage à tous les instants, de cette quête, ô combien satisfaisante et à plus d'un point de vue,d'autonomie bien légitime.
__Fuck eul'métro,eul'vélo pis l' bobo entre les orteils.

__Vive le gros chârrr!

s.gordon a dit…

d) Toutes-ces-réponses-et-aucune-d'entre-elles, ça-dépend-de-l'angle-mort, je-dirais, ou-de-l'alignement-des-planètes?

Je suis prête pour la deuxième leçon, MmwH. Drummundville, Old Orchard ou Grand-Remous. Come to mama. Ou l'inverse.

Yvan a dit…

'Scusez mon retard ici.
Ce foutu pétrole de merde est partout.Dans nos veines, nos assiettes,nos routes,notre bouffe auréolée.Partout partout partout.

Cher Éric,les cyclistes cotent haut à la bourse des jambes en l'air et tu fais bien d'en profiter avec tes mollets d'enfer.
Les pattes d'acier comportent
leur lot d'avantages et de bonheur
pur quand vient le temps d'avancer
ou se divertir.
J'en profite ici maintenant pour te dire qu'il me tarde de te parler de vive voix pour échanger des propos. Tu aurais pas un No
de téléphone à me donner?
Blague.

Des propos que mon intuition
soupçonne complémentaires
et enrichissants pour nos cerveaux respectifs,élaborés plus librement sans distanciation, ad lib
et de vive voix,quoi.
J'ai déjà beaucoup donné
aux deux roues,une étape
inoubliable de richesses
spirituelles et physiques
quant à moi. Le cyclisme
est un idéal noble en tous points,
qui ne comporte aucune tare et/ou
aliénation idéologique au contraire
de la bagnole potentiellement très abrutissante.Pour moi le cyclisme
ouvre l'esprit,la bagnole tend
à le fermer en cas de non-vigilance mais la vigilance
automobiliste existe encore,
ne t'en déplaise.

De toute façon j'ai assez vampirisé l'espace Sandy,
je te contacterai pour échanger
de vive voix une bonne fois,
si tu veux.Ta réplique est trop
importante pour la laisser ainsi.
Cher ami.

s.gordon a dit…

Oh mais j'ai pas de problèmes avec les vampires hein. O négatif ici, naturellement vivifié au Dewar's.