C'est à peu près 120 piasses la tonne. Grosso modo c'est 80 si tu remplis ton pick-up. Ça, c'est pour la scrap scrap. Pour une scrap qui a de l'allure, c'est plus ou moins 4 piasses la livre. Cop, aluminium. Vous pouvez ben courir les poteaux. Moi, la scrap scrap, ça me plaît.

8.7.09

UNSERE HÄNDE, UNSERE WÖRTER






19 commentaires:

Flash Gordon a dit…

Ton video m'a secoué! Ça me touche. Parce que tu en dis beaucoup ici et j'en suis sûr ailleurs aussi. Le silence en dit long sur le muet. C'est pas tout le monde qui lit le silence...


Pour ce qui est de la sublimation, je suis assez d'accord avec tout le concept, je mettrais tout de même un bémol sur les acteurs sacrifiant une vie sexuelle satisfaisante au profit de leur œuvre... C'est un peu fort. Les psychanalystes, que sacrifient-ils? Je rappelle que Lacan s'est crissé en bas d'un immeuble... J'adore la citation de M-C Blais, ça résume bien l'importance de la littérature et pourquoi les livres que l'on aime n'ont pas toujours la même résonance chez les autres... On n'a pas tous la même insignifiance. Merci Sandra!




Amitiés flashgordoniennes

Venise a dit…

La vidéo est pas mal comique. En tout cas, j'ai ri. J'avais beaucoup d'attentes !

La suite est sublime.

Trader a dit…

Etk, t'as une grosse bague! ;)

s.gordon a dit…

Sacrifier, peut-être pas à ce point-là Flash, mais je crois que ça prend un char pis une barge de libido pour écrire. Aussi, faut que les ondes soient belles en maudit pour déranger le silence.

On trippe clavier hein Venise, c'est normal, mais je préfère le papier. Maudit que chuis pas écolo. Je vous passe la totche si ça vous dit. Je serais curieuse de.

Shuk, c'est une arme noire mon affaire.

Trader a dit…

Ah, c'est là-dedans que tu mets ton poizon?

s.gordon a dit…

Dans ma bague pur plastoc? Non. Je n'en tiens pas en magasin.

So. Somebody's willing pour une quickie-calligraphie?

Jean-Philippe a dit…

faut rester positif, la preuve :

http://www.dailymotion.com/video/x1w6ca_beatles-hey-jude_events

helenablue a dit…

Moi ,il m'émeut ce post, voir cette main écrire baguée et vive, sentir la relation de l'esprit aux mots et cette leçon de chose...
J'avoue avoir envie de connaître la personne toute entière, un jour proche peut-être, qu'en penses-tu, Sandra?

Moi aussi je tripe papier avant clavier, et toujous plutôt papier...

Kiss
Blue

Trader a dit…

OK, je vais préparer qqe chose... genre gag... :)

s.gordon a dit…

Du papier, des vivres, des mains vives, et de quoi rester ivres. Ah j'exagère (à peine).

J'en pense que du positif, Héléna :)

s.gordon a dit…

Bon. Enfin quelqu'un qui a saisi.

:)

Venise a dit…

J'ai tellement saisi qu'il s'impose que tu viennes écrire des lettres aux Correspondances d'Eastman. Dans de beaux jardins inspirants, aucun souci pour le timbre, ou le papier, ni le facteur, il y en a partout. C'est la partouse de l'écriture manuscrite ! On entend sa main glisser sur le papier, le chant du grillon, le battement d'aile de la libellule et on libelle, et on libelle, tant de lettres que toute l'alphabet y passe ...zzz.

s.gordon a dit…

Ah Venise, si tu savais. L'an dernier je me suis mordue les doigts jusqu'aux deltoïdes d'avoir choisi mes vacances en plein dans ces Correspondances. J'ai manqué un atelier qui m'aurait certes plu, oooh oui. Mais j'étais au diable vauvert.

Et tu sais quoi? J'ai pas appris de ma leçon. Je réitère le diable vauvert aux mêmes dates cette année.

Mais ce n'est que partie remise. Pour la huitième édition.

helenablue a dit…

Ah Oui, cela fait bien envie, surtout quand Venise en parle, la partouze de l'écriture manuscrite, puissant!

J'aime bien cette expression, être au diable vauvert, je me demande qu'elle en est l'origine...

Trader a dit…

Venise, c'est bien vrai ce que tu dis. J'adore moi aussi le bruit de la plume qui gratte le papier. J'ai même une petite collection de plume fontaine, pas de blague.

Et que dire de l'odeur de l'encre, la texture du papier, l'atmosphère feutrée d'une pièce vouée à la réflexion et à la création...

Si je m'écoutais, j'apprendrai le lettrage gothique.

Je suis sérieux, là.

s.gordon a dit…

Bon. Un taulier gothique astheure.

Moi c'est le bruit du papier que l'on taponne que j'aime. Mais surtout, ce qui m'émoustille gravement (voyez mon choix de verbe quand même), c'est la symphonie concertante que génère ma main en plongeant dans un coffre à crayons. Ah pis j'suis pas la seule hein, ne me faites pas passer pour une vicelarde.

Venise a dit…

Est-ce possible, Trader, un candidat aux Correspondances qui fait comme si de rien n'était, comme s'il n'y avait pas plein de personnes ici qui se dévouent pour un alléluia à la lettre. En plus, qu'il y traîne toujours des Serge Bouchard, il n'y a vraiment plus aucune raison de bouder son plaisir !

À vos lettres, prêts, partez !

***
Vicelarde ? Chère Sandra qui sort son argot pour que je sorte mon dicto. J'aime ça :-)

s.gordon a dit…

Je préférerais sortir à Argos pour danser sur du disco.

(Vais-je y arriver un jour, faire des calembours comme ceux d'Éric?)

Trader a dit…

Oups, mon radar m'a avarti (sic) qu'il y avait de l'activité chez Ma'am Gordon.

OK, Venise, j'ai vu le truc. Si je le faisais, ce ne serait pas pour les prix.

Par contre, d'habitude, j'écris pas sur commande, encore moins à partir d'un thème donné.

Mais je salive à l'idée d'envoyer un mot à Serge Bouchard que je m'apprête à écouter ce soir avec mes cerises et mon brandy.

3 heures de paix, la Terre n'existera même plus. La joie toute simple de l'Homme en lui-même...

J'suis tellement jalaoux que je suis un peu fâché que Bouchard soit trop connu. Tsé, veux dire!