C'est à peu près 120 piasses la tonne. Grosso modo c'est 80 si tu remplis ton pick-up. Ça, c'est pour la scrap scrap. Pour une scrap qui a de l'allure, c'est plus ou moins 4 piasses la livre. Cop, aluminium. Vous pouvez ben courir les poteaux. Moi, la scrap scrap, ça me plaît.

31.10.08

SANS LA MUSIQUE, LA VIE SERAIT UNE OSTIE DE BELLE ERREUR

Un top 5, c'est trop de trouble. Sur le net, on ne trouve pas toujours les morceaux qu'on veut. Et quand c'est le cas, y'a toujours un diapo d'images pourries et des intertitres assommants qui viennent avec.

Et ça , ça scrappe l'entreprise. J'illustre (mais y'a pire) (y'a toujours pire, tsé) :



L'idée d'un ANTI top 5 m'est venue à l'esprit. Choisir 5 fientes musicales à partir d'un bassin abyssal est un exercice.... hum... ardu. Ça a l'air de rien, mais c'est du trouble pareil. En cette journée d'Halloween, j'ai décidé - mais ça n'a pas duré longtemps - de me déguiser en col brun dans un centre de tri. J'ai écouté le chant de mes borborygmes matinaux - ô doux prélude des grosses commissions - plutôt que de tendre l'oreille à mon artère principale. Celle qui fait baaaaaaattre mon coeur. Chemin faisant, je suis tombée sur une perle de bonne merde. Une perle de ma merde, dis-je bien. Car tous les goûts sont dans la nature, n'est-ce pas, et un tien vaut mieux que deux n'amassent pas mousse tu l'auras et puis vient à point qui sait lécher, m'enfin. Vous voyez le genre. Une perle, donc, de merde, qui me rappelle un genre entier de musique de merde. Quand je l'entends, c'est pas mêlant, j'ai le goût de - ouain OK, ça va faire les élans scatos.




J'en ai trouvée une. Une parmi tant d'autres. Mais y'en a trop. Et ça prendrait trop de temps. Ça m'a découragé. C'était une idée de merde, finalement, cet anti top 5. Un vieux klennedaque chéssé dans le fond de l'armoire me procurerait bien plus d'agrément en cette nuit d'Halloween.

Ça fait que je vais respecter mon engagement auprès de la grande française, miss H, qui m'a tapé su'l'épaule en début de semaine.

1. À mon grand bonheur, j'ai trouvé la réalisation d'André Leduc. 1969. À cette époque, j'étais encore loin dans le planning familial. Mon père devait bien plus se préoccuper de sa Charger modifiée que de ses futurs beubés.





Tout écartillé, paroles et musique de Robert Charlebois et de Marcel Sabourin

2. C'est aléatoire, hein, l'ordre de tout ça. Mon chat s'appelle Léo pis mon chat, j'l'aime en christ. Y'a pas de petites mains comme des raquettes, parce que c'est un chat, on s'entend-tu. Donnez-moi une île pis des animaux - comme lui là -pis chuis une femme comblée. En attendant, ben... je vais l'écouter pis me dire fuck, j'ai des frissons.



Le chien de Léo Ferré
À entendre, aussi, Des armes (de Ferré) - version Bertrand Cantat

3. La musique, c'est une question de survie mentale. Y'a pas gros d'accords dans celle-là, mais elle me rentre dedans comme une poignée de Paxil. Essayez-la dans un char, quand vous partez en vacances, la valise remplie de cossins de camping. Au lever du jour, sur la grand route. Une bouteille de Jack en dessous du siège, mais ça, c'est facultatif.



I'm the ocean de Neil Young (avec Pearl Jam)

4. J'ai choisi celle-là pour être d'actualité, mais je mens d'la marde parce que j'aurais pris Je me dore si elle avait été disponible. Si j'pouvais te donner mes poumons, mister, je le ferais volontiers. Mais ils s'en viennent aussi pourris que les tiens. Tes mots, parzemp', et ceux de Fauque et autres collabos... Si je peux me permettre, c'est le cancer du talent qui va t'éteindre. Un jour. Lointain, j'espère.





Je tuerai la pianiste de Alain Bashung

5. Damn. C'est toff. Vas y aller pour un beat vicelard et salaaaaaaaace. Mettez ça à fond et vous vous transformerez en bête humaine. Pour l'Halloween, vaut mieux ça qu'autre chose...genre un clown. C'est épeurant, un clown. Mais un clown qui sussure à la Gainsbourg...damn!




Et : Bien entendu, Richard Desjardins, Les Yankees. Nous sommes nombreux à l'aimer, celle-là. Nous sommes nombreux à brailler sur cette toune-là. À se dire comment est-ce qu'un gars peut inventer une affaire de même? C'est pas du Paxil, c'est pas de l'Effexor, c'est pas du Jack ni rien. C'est sacrément humain pis c'est beau comme ça se peut pas.

Mais ça se peut. C'est du Richard.

11 commentaires:

McDoodle a dit…

Cinq tounes, c'est courageux.
Même en faisant le stupide exercice "cinq chansons que j'apporterais sur une île déserte", impossible. PEUt-être, des cinq principaux genres, en sortir une de chaque. Mettons. But still...

Je ne regarde ou n'écoute jamais les youtube attachés aux billets. J'en manque une bonne gang chez toi, Gom, Mist, etc. Qu'importe, j'y vais de mémoire et c'est du stock ton affaire.

Good ear !

sandra gordon a dit…

Un top 5, ça relève du très difficile. Mais si on se prête au jeu, faut pas trop capoter avec ça.

"Je ne regarde ou n'écoute jamais les youtube attachés aux billets"
Pourquoi donc, miss Doodle? C'est étrange, ça. Ben. Pas si étrange, mais tout de même étrange un peu. :)

Gaétan Bouchard a dit…

Mon Top 5:

Patof Blou (Jacques Desrosiers)

Don't be grouille (Oscar Thiffault)

I' va mouiller dans l'hostie d'poulailler (Chépaki)

Marmelade (Roméo Pérusse)

La dondon dodue (Gilles Letarte)

sandra gordon a dit…

Ohhhh Patof Blouuuuuuuuuuuuuu.

Inukshuk a dit…

Le clip de Leduc sur la toune de Charlebois, c'est le premier lien musical que j'avais envoyé à helenablue sur une autre note de son blogue.

Un incontournable...

helenablue a dit…

Trop top ce top 5 ...
même l'anti top inaudible et beau à regarder ...
tu as bien oeuvrer Sandra , j'espére que tu n'as pas trop souffert ...
j'adore tout ...
je découvre Richard , Serge est dans mes lover's song , Alain aussi , Neil je connaissais pas , bon Ferré , no comment ... et le clip " tout écartillé " , je le trouve surréaliste ...
un bon moment plein d'émotions ...
on est bien ici , sans doute avez-vous encore une expression savoureuse du cru pour dire ça , une maniére plus conviviale , proche ...
le feu , la musique , et les potes ... quoi d'autres ?

milles pensées de France
helena

sandra gordon a dit…

J'ai souffert un peu, Héléna :) Mais je m'en suis remise. "Une expression savoureuse du cru pour dire ça"... euh... j'sais pas trop. "On est bien ici" peut aisément devenir "on a ben d'l'agrément, enwigne-ha-han-han", mais on peut aussi dire "on est bien ici", tsé, ça dépend de notre humeur.

Seeeeeeeeeeeeeeerge... hé hé. Il va venir hanter ta caravane lubrique, ton lupanar roulant. :)

Inuk : ouais, un incontournable. L'avais vu à la Cinérobothèque - ô silence de messe et grandes fenêtres teintées - j'avais mis le volume à fond dans mon casque, pis j'trippais. Y'a eu comme un petit engouement pour la toune... Nô de Lepage, Un 32 août sur terre de Villeneuve, quasi en même temps.

helenablue a dit…

oui c'est vrai Inuk me l'avait envoyé ... c'est ça je me disais que je l'avais déjà vu ...
Hum , Serge dans mon lupanar roulant , ça ne va plus chauffer , on va carrément mettre le feu !!!!
tsé , y va y avoir de l'ambiance !!
bises

sandra gordon a dit…

"Tu t'appelles comment?"

-Héléna...

-Héléna comment?

-Héléna Blue.

McDoodle a dit…

Je ne flirt pas encore avec la haute technologie.
J'suis fidèle à ma gang de Rimouski et ils me le rendent bien. En dix ans, zéro bug.

Alors voilà, pas de patience pour le download.
Je me contente de lire et c'est très bien ainsi.
Hasta luego!

sandra gordon a dit…

Dix ans, zéro bug. C'est un bon record. Ouin. Je vois maintenant :)